LA STELE DE ANKH-HOR

Calcaire et traces de pigments

Provenance : Kôm Abou Billou

Datation : Fin XXVe / Début XXVIe dynastie

H. 64,5 cm L. 42 cm   -  Inv.2007.4

Acquisition sur le legs Josèphe Jacquiot

Stele 2007 4 clche clement boilot 1

La stèle de Ankh-Hor est entrée dans notre musée en 2007.

Son bon état de conservation, la délicatesse de la sculpture en bas-relief dans le creux, l’intérêt des inscriptions hiéroglyphiques en font une œuvre particulièrement remarquable.

Cette stèle, cintrée en son sommet, a été taillée dans le calcaire. L’Horus de Béhedet déploie largement ses ailes au-dessus de la scène sculptée en creux et soulignée de pigments ocres. Ici le défunt et son épouse se présentent face à la triade osirienne, Osiris-Merit suivi de Har-Somtous (forme d’Horus) et de la déesse Hathor, Dame de Mefkat. La partie inférieure est occupée par un texte hiéroglyphique, formule d’offrande à Osiris suivie d’une longue liste généalogique[1].  En bas à gauche on remarque un personnage agenouillé, mains presque posées au sol. Le dieu Osiris, momiforme est coiffé de la couronne atef. Ses deux mains, sorties du linceul, tiennent le crochet (héqa) et le fléau (nekhekh). Une petite table d’offrande est posée devant lui. Au-dessus de chaque divinité et de chaque personnage une inscription l’identifie. A l’extrême gauche celui d’Hathor précise qu’elle est Dame de Mefkat c’est-à-dire Dame de la Turquoise, l’une des épithètes de cette déesse.  Soulignons que Mefkat est l’ancien nom de Kôm Abou-Billou, site où fut trouvée notre stèle

Nous sommes en présence d’une stèle funéraire privée, datant de la fin de la XXVe début XXVIe dynastie. Ce type de monument était placé dans les chapelles de tombes. Ils comportent une formule d’offrande du roi aux dieux, afin que ceux-ci accordent en retour au défunt tout ce qui sera nécessaire à sa subsistance dans l’au-delà. Ici le texte disposé en douze lignes se lit verticalement et de droite à gauche. Il nous apprend qu’elle est dédiée à Ankhhor fils de Padiaset et à son épouse Naisaâroudj, par leur fils Hersenef. La suite précise les filiations paternelles, l’arbre généalogique peut être restitué sur cinq générations. Cette famille a occupé des charges sacerdotales liées à l’observation des étoiles et aux horaires du culte dédié à la déesse Hathor locale[2]

Cette œuvre provient de Kôm Abou-Billou. Ce site est situé dans la partie sud-ouest du Delta.  Sa nécropole a livré des tombes datant de la VIème dynastie au IVème siècle apr. J.C. Vers les années 1887-1888, F.L.Griffith y localisait les traces d’un temple dédié à la déesse Hathor « Souveraine de Mefkat ». Des sépultures de bovins (une des formes d’Hathor) y ont également été retrouvées[3].

Preuve s’il en était besoin de son immense intérêt, cette stèle a été publiée en 2012 par Sylvain Dhennin dans la Revue d’égyptologie 63.

Michèle JURET

 

 Bibliographie :                                                        

[1]-  O. Perdu, Catalogue de vente Pierre Bergé, 28 avril 2007, p. 117. 

[2] - S. Dhennin, Une stèle de Mefkat (Montgeron 2007.4), dans Revue d’Egyptologie 63, Paris 2012, pp. 67-78,  pl. V et VI.

[3] -  J. Baines et J. Malek, Atlas de l’Egypte Ancienne,  Paris 1981, p. 168.

 

Date de dernière mise à jour : 15/04/2020